Opinion

  • Réflexion

Une année décisive

Samedi 6 Janvier 2024 - 15:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Alors que débute la nouvelle année, il est clair que les douze mois à venir seront décisifs pour l’humanité de ce temps. Ceci pour au moins trois raisons que voici résumées en quelques mots :

° D’abord, parce que la compétition entre les Grands ne pourra que s’aggraver avec le risque de provoquer une crise mondiale que la communauté humaine aurait le plus grand mal à gérer. Engagés face à face dans une lutte d’influence qui ne cesse de se renforcer, la Chine, les Etats-Unis, l’Inde, la Russie, l’Europe se défient de façon plus ou moins claire sur la scène internationale avec le risque de déraper et de se retrouver face à face avec tous les effets négatifs que cela aurait inévitablement.

° Ensuite, parce que les conflits en cours en Europe de l’Est, au Proche et au Moyen-Orient ne peuvent que provoquer à plus ou moins court terme des crises plus étendues. Un dérapage inévitable qui se concrétise de jour en jour entre Israël et les Palestiniens en provoquant des drames humains de plus en plus graves dont les conséquences seront ingérables et qui va, à coup sûr, se produire entre l’Ukraine et la Russie dans les mois à venir en obligeant les Occidentaux à s’engager sur le terrain plus qu’ils ne l’on fait jusqu’à présent.

° Enfin, parce que la lutte planétaire contre le dérèglement climatique va devoir se renforcer fortement si l’espèce humaine veut survivre dans les décennies et les siècles à venir. Un renforcement que les deux points précédents rendront difficile, voire même impossible à concrétiser, ce qui provoquera de fortes tensions à l’échelle planétaire, tout particulièrement entre les pays riches de l’hémisphère Nord et les pays pauvres de l’hémisphère Sud qui ne sont en rien responsables de la dérive climatique.

Conclusion provisoire de ce qui précède : alors que débute cette année 2024, décisive à tous égards, rien n’est plus important que de rappeler aux dirigeants de la planète que le temps du bavardage est révolu et que seules des actions collectives engagées pour mettre l’humanité, notre humanité, à l’abri de ses dérives permettront aux générations à venir de vivre sur cette Terre.

Jean-Paul Pigasse

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Réflexion : les derniers articles