Planète : les conséquences possibles de la surpopulation

Mardi 9 Juin 2020 - 14:17

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En 2020, la population mondiale se chiffrerait à 7,7 milliards d'êtres humains sur terre et serait de deux milliards de plus en 2050. Une surpopulation qui aura un impact sur l'environnement et sur les ressources mondiales. L"épidémie mondiale que nous subissons actuellement inquiète également sur l'évolution incontrôlée de la planète.  

A l'heure actuelle, la terre abrite plus de 7,6 milliards d'êtres humains. Selon les dernières projections, nous serons 9,5 milliards d'ici 2050. Autant de personnes qu'il faudra loger. Cette pression démographique provoque une augmentation constante de l'artificialisation des sols, une désastre pour l'écosystème qui va se retrouver fragmenté et détruit. Ces prévisions sont fondées par l'explosion démographique des pays émergents et l'allongement de la durée de vie dans les pays développés. L'épidémie sanitaire nous oblige aussi à réfléchir sur les questions de notre destruction de la biodiversité sur la terre en tant que prédateur dominant. 

Cette surpopulation mondiale pourrait aussi entraîner des conflits généralisés liés à l'or bleu. Des heurts existent déjà, l'eau étant l'une des principales causes des tensions au Proche-Orient. Un conflit mondial pour l'eau aurait donc des conséquences incalculables. Aujourd'hui, 80 pays manquent d'eau et une personne sur cinq n'a pas accès à l'eau potable. Pour pallier cette pénurie, des solutions existent,  des experts proposent la désalinisation de l'eau de mer, qui demeure encore coûteuse. L'organisation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture prévoit qu'une personne sur trois n'aura pas accès à une alimentation saine, durable et équilibrée en 2050.

La pollution de la planète n'est pas directement liée à la surpopulation, selon les experts. Les pays les plus développés sont ceux qui polluent le plus, mais aussi ceux qui ont les taux de natalité les plus faibles. Un Américain pollue ainsi 91 fois plus  qu'un habitant du Bangladesh. Toutefois, si la croissance des pays émergents poursuit son ascension et si les pays développés ne restreignent pas la pollution qu'ils engendrent, alors, la surpopulation mondiale aura une conséquence désastreuse sur l'environnement de la planète. 

Le taux de coissance de la population mondiale devrait continuer à baisser en raison de la diminution de la fécondité en Europe. Parmi les régions du monde dans lesquelles elle est encore élevée (supérieure à trois enfants), il y a l'Afrique intertropicale, l'Inde, le Pakistan, l'Afghanistan. L'un des grands changements c'est l'accroissement de la population de l'Afrique. Il pourrait quadrupler d'ici un siècle, passant d'un milliard en 2010 à 2,5 milliards en 2050, et  de plus de 4 milliards en 2200, et ceci malgré les épidémies subies par le continent (Sida, Ebola, Covid-19...). Si un homme sur six vit aujourd'hui en Afrique, ce sera plus d"un homme sur trois dans un siècle. L'accroissement devrait être particulièrement  important en Afrique au sud du Sahara où la population pourrait passer de 800 millions d'habitants en 2010 à 4 milliards en 2100 avec un impact considérable sur la planète. 

 

Noël Ndong

Notification: 

Non