Lekoumou (Sibiti)


Lekoumou (Sibiti)
Mercredi 13 Août 2014 - 15:39

Abordé le 8 août à Sibiti, l’ancien ministre des Finances, Clément Mouamba, qui venait de descendre du vol inaugural sur la nouvelle piste de cette localité, a salué les efforts accomplis dans le cadre de la municipalisation accélérée du département de la Lékoumou.  

Les Dépêches de Brazzaville : Comment voyez-vous l’ambiance dans cette ville de Sibiti. Y’a-t-il, selon vous, de bons signes sur la réussite de la municipalisation accélérée et de la fête des 54 ans d’indépendance ?

Clément Mouamba : La fête avait déjà bien commencé avec l’arrivée du président de la République ici au lancement des travaux. L’enthousiasme est très visible au niveau de la population surtout lors de l’arrivée du vol inaugural. Vous avez vu comme autant de personnes se sont mobilisées pour accueillir le premier avion. C’est un signe que la fête sera belle et ... Lire la suite


Lekoumou (Sibiti)
Mercredi 13 Août 2014 - 16:15

Comme bien d'autres chefs-lieux avant lui, Sibiti accueille le 54e anniversaire des festivités marquant l’indépendance du Congo, couplée à la municipalisation accélérée. Fait remarquable, le chef-lieu du département de la Lékoumou n'est plus ce gros village qu'il était il y a encore quelques mois. La politique de modernisation a vite fait de le transfigurer au point que certains natifs, qui reviennent à la faveur de la fête, ont de la peine à se retrouver car, tels des champignons sortis de terre dès la première pluie, de nombreux ouvrages ont changé positivement le décor de Sibiti rendant fiers ses citoyens. Petite revue des infrastructures.

En effet, l’État, à travers la délégation générale aux Grands travaux, a décidé de classer les infrastructures en  deux catégories, à savoir : les projets liés à la fête du 15 août et les projets ... Lire la suite


Lekoumou (Sibiti)
Mercredi 13 Août 2014 - 14:00

Les danses font partie des arts et spectacles, conformément à la convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le département de la Lékoumou, caractérisé par une diversité culturelle très prononcée, saisira l’opportunité qu’offre la célébration des 54 ans de l’indépendance du pays pour faire découvrir aux invités ses danses populaires et guerrières.

L’environnement culturel de ce département en matière de danse présente des expressions culturelles très diversifiées. Les danses populaires, les danses guerrières  et les  danses  rituelles se rencontrent dans cet espace géographique à l’image des peuples qui y vivent et dont les plus dominants sont les Lalis, Tékés, Yaka, Nkota et Bembé.

Les danses populaires sont des danses de réjouissance. Chez les Yakas, on rencontre le Balka alors que pour les réjouissances, ... Lire la suite


Lekoumou (Sibiti)
Mercredi 13 Août 2014 - 14:30

Le concours est organisé chaque année par le ministère des Affaires sociales, de l’Action humanitaire et de la Solidarité, depuis sept ans, pour accompagner la célébration des festivités marquant l’indépendance du Congo avec un seul objectif : contribuer à la salubrité de nos communes et villes, surtout celle choisie pour abriter la fête du 15 août comme Sibiti, cette année.

Situé non loin du boulevard devant abriter le défilé du 15 août prochain, Loumongo a remporté le 9 août dernier, le "Prix du président de la République pour l’assainissement et la salubrité". On peut aussi lire sur le carton qui sert de diplôme à Loumongo : « Quartier le plus propre et sans sachets de la communauté urbaine de Sibiti ». Il succède ainsi à Oyonfoula qui avait été désigné quartier le plus propre et sans sachets de la communauté urbaine de Djambala en 2013.

... Lire la suite


Lekoumou (Sibiti)
Mercredi 13 Août 2014 - 14:30

Avec une population d’environ 96.390 habitants dont 45 877 hommes et 50516 femmes (55,88%), le département de la Lékoumou s’étend sur une superficie avoisinant 20.950 km2. Il compte cinq districts : Sibiti, son chef-lieu, Komono, Zanaga, Bambama et Mayéyé. Selon les autorités départementales, c’est un département potentiellement riche. Mais jusqu’ici la principale richesse reste l’exploitation forestière, avec au moins deux usines de transformation du bois (scieries modernes) et de sept exploitants forestiers.

Ce département est aussi riche en minerai tel qu’en témoigne la mine de fer de Zanaga dont le permis d’exploitation sera très bientôt attribué à la compagnie Mining Project Development (MPD), déjà détentrice du permis de recherches minières. Le département de la Lékoumou pratique surtout l’agriculture qui faisait de lui, jadis, l’un des ... Lire la suite


Lekoumou (Sibiti)
Lundi 11 Août 2014 - 17:30

La ministre des Affaires sociales, de l’Action humanitaire et de la Solidarité, qui vient de séjourner dans le département de la Lékoumou, a fait des dons divers aux populations autochtones. Le geste est à inscrire dans le cadre de la Journée internationale qui leur est consacrée

Émilienne Raoul a, entre autres, remis cinq mille actes de naissance au préfet du département de la Lékoumou, André Ovu, afin de les délivrer gratuitement aux enfants autochtones non déclarés à l’état civil. Cette démarche a été justifiée par le fait que les services sociaux de la Lékoumou ont recensé 2 000 enfants autochtones qui n’ont pas d’actes de naissance. Ce qui les empêche d’aller à l’école. Outre les registres des documents d’état civil remis aux autorités, la ministre des Affaires sociales a également assisté les populations autochtones du village ... Lire la suite


Lekoumou (Sibiti)
Lundi 11 Août 2014 - 18:45

Aux côtés des danses populaires,  guerrières et initiatiques, classées parmi les arts du spectacle, l’univers patrimonial de la Lékoumou offre également des danses rituelles. Leur évocation, ici, ouvre notre excursion, cette semaine, vers ce département qui accueille, ce 15 août, les festivités du 54e  anniversaire de l’indépendance nationale.

Les danses rituelles se rencontrent dans tout le département de la Lékoumou. Chez les sous-groupes ethniques yakas et lalis, on rencontre le Mukissi. Cette danse rituelle est exhibée pour la guérison de certaines maladies. Le malade est interné dans une case dont l’accès est interdit à toute personne supposée souillée ou impure. Le guérisseur, vêtu de raphia teint de rouge, portant des bracelets de fer légers aux poignets, la face badigeonnée de plusieurs couleurs dont les motifs font penser à des figures ... Lire la suite

Pages