Interview. Gracias Samba : « la Covid-19 nous invite à prendre conscience de la nécessité de protéger la nature »

Vendredi 4 Décembre 2020 - 13:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le prêtre formateur et directeur spirituel au Moyen séminaire Saint Jean de Kinsoundi (Brazzaville), Abbé Gracias Martial Samba, vient de publier son essai écologique. Nous nous sommes rapprochés de l’auteur pour qu’il nous en dise plus. 

Les Dépêches du Bassin du Congo(LDBC) : Vous présenterez votre nouvel essai écologique ce 4 décembre, quel en est le message essentiel ?

Abbé Gracias Martial Samba(AGMS) : Le livre s'intitule « Écologie et Santé humaine. Plaidoyer pour un mode de vie écoresponsable ». Ce titre porte en filigrane l'essentiel du message du livre. Mais, pour plus de clarté, le concept écologie se comprend comme la science de l'environnement. Quant à la santé, elle est un concept dialectique, qui se conçoit dans sa dimension anthropocosmique. Autrement dit, notre santé se comprend dans sa dimension humaine et environnementale. Elle dépend du rapport que nous entretenons avec notre milieu de vie. 

Si donc l'environnement est un espace naturel qui nous offre les moyens de subsistance comme l'air, l'eau, le sol, etc., c'est qu'en le détruisant nous nous détruisons nous-mêmes. Cette autodestruction est spécifiquement sanitaire. Car l'action de l'homme sur son milieu de vie a toujours un retour désastreux sur l'homme lui-même. C'est ce qu'on appelle par l'interactivité. Ce qui veut dire qu'on ne peut pas parler d'une altération humaine liée à l'environnement qui ne puisse être sanitaire. Voilà pourquoi en agissant sur son milieu, l'homme doit savoir ce qui est bon pour lui et pour les autres. C'est le critère de l'autonomie.

LDBC : Qu'est-ce qui vous a réellement motivé à écrire ce livre ?

AGMS : En observant notre société (actuelle) dans son état d'insalubrité, je commençais depuis plusieurs temps à méditer sur l'impact de cette détérioration sur notre santé. Je me suis rendu compte que les causes de certaines maladies que nous drainons ne sont pas à chercher ailleurs que dans notre environnement délabré : tas d'ordures ici et là, des caniveaux remplis d'ordures, des poubelles non évacuées. 

L'autre contexte de ce livre c'est bien sûr la publication de l'encyclique « Laudato ‘si (Louez sois-tu !) » du Pape François. En lisant ce livre, je ne voyais aucune différence entre la lecture faite de notre société et le message du Saint-Père. J'étais superbement motivé puisque que j'avais l'impression d'avoir les mêmes objectifs que le Pape en lisant son encyclique. Ce livre s'inscrit enfin dans un contexte mondial, particulièrement marqué par le changement climatique.

LBDC : Y a-t-il un lien à faire aujourd’hui entre la crise du coronavirus et l'écologie ?

AGMS : En réfléchissant sur l'émergence du coronavirus, je peux me permettre de dire que cette maladie nous a appris que l'homme met trop de pression sur le monde naturel, alors que la biodiversité est cruciale pour la santé de l'humain. Ainsi la Covid-19 nous invite plus que jamais à prendre conscience de la nécessité de protéger la nature. Car avec la dégradation des écosystèmes, surtout la déforestation et l'agriculture non soutenables, nous assistons à un déclin de la population et de la richesse des espèces. Du coup, il y a plus d'opportunités pour les agents pathogènes de passer des animaux sauvages et domestiqués à l'homme. D'où il faut arrêter de perturber les écosystèmes naturels pour que ces agents n'émergent plus et pour qu'il y ait moins de maladies liées à l’environnement.

Propos recueillis par Aubin Banzouzi

Légendes et crédits photo : 

Photo: Abbé Gracias Samba

Notification: 

Non