Opinion

  • Réflexion

L’apparence et la réalité

Samedi 1 Mai 2021 - 19:04

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Comme toujours dans le comportement humain, il y a chez les dirigeants des grandes puissances du temps présent l’apparence et la réalité : l’apparence c’est-à-dire l’affirmation de soi, de son pouvoir, de son intelligence, de sa capacité d’agir, de sa volonté de dominer; la réalité c’est-à-dire, exactement à l’inverse, le doute sur ce que l’on peut réellement faire, sur les moyens dont on dispose pour imposer sa loi aux autres, sur l’influence que procure la richesse présente.

 

D’où cette réflexion de simple bon sens que ni l’Américain Joe Biden, ni le Chinois Xi Jinping, ni le Russe Vladimir Poutine, ni le Français Emmanuel Macron, ni l’Hindou Narendra Modi, ni le Britannique Boris Johnson, ni l’Allemande Angela Merkel et autres hauts responsables de ce temps ne savent réellement où ils vont. Ce qui ne les empêche nullement de parler haut et fort, de gesticuler, d’agir dans le but d’affirmer la présence de leur nation sur la scène internationale et de tenter ainsi d’influer sur l’évolution de la planète. Mais ce qui, hélas !,  ne contribue guère à la résolution des problèmes redoutables auxquels l’humanité se trouve confrontée en ce début de troisième millénaire.

 

Témoigne dramatiquement de l’incapacité des Grands de ce monde à anticiper l’avenir en s’accordant sur les actions qui pourraient permettre de lutter efficacement contre les pandémies planétaires, contre la dégradation de l’environnement, contre la montée des inégalités entre les peuples, l’incroyable masse des dépenses militaires qu’ils ont effectuées en 2020 : 1.981 milliards de dollars au total, soit 2,6 % de plus que l’année précédente alors même que la récession mondiale dépassait les 4,4 % cette même année et que la misère s’aggravait dans une bonne partie du globe en raison de la crise économique provoquée par la pandémie de la Covid 19.

 

Des chiffres que vient de publier sur ce sujet l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) ressortent les chiffres accablants suivants : 778 milliards de dollars (+ 4,4 %) dépensés par les Etats-Unis, 252 milliards de dollars (+ 1,9 % ) par la Chine, 72, 9 milliards de dollars (+ 2,1 %) par l’Inde, 61,7 milliards de dollars (+2,5 %) par la Russie, 59,2 milliards de dollars (+2,9 %) par le Royaume-Uni, 52,8 milliards de dollars (+ 2,9 %) par l’Allemagne, 52,7 milliards de dollars (+2,9 %) par la France,  etc, etc…

De tout ceci ressort l’évidence suivante : les « Grands » de ce monde n’ont aucune vision claire, lucide, juste du futur. Exactement comme l’ont fait leurs prédécesseurs dans les siècles précédents, ils ne se préoccupent que de l’apparence, c’est-à-dire de leur propre destin sans comprendre que le fait de se doter d’armes et de moyens de destruction de plus en plus lourds ne leur permettra en aucun cas de résoudre les vrais problèmes auxquels ils se trouvent confrontés aujourd’hui comme tous les peuples de la Terre.

Faire en sorte que la réalité prenne enfin le pas sur l’apparence est le grand défi de ce temps. Mais qui peut le faire comprendre aux « Grands » aveugles de ce temps ?

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Paul Pigasse

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Réflexion : les derniers articles