Opinion

  • Le fait du jour

Owando l'assiette pleine

Lundi 2 Mai 2022 - 12:03

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le chef-lieu de la Cuvette, à cinq cents kilomètres de Brazzaville, dans le Nord-Congo, est à l’honneur. Depuis hier, 1er mai, jusqu’à la fin de la semaine, se tient en quelque sorte un état des lieux de la gastronomie congolaise. Les jeunes dames âgées de 18 à 30 ans venues de dix départements exposent leur savoir-faire en matière culinaire autour d’un festival dont le but est de valoriser les plats cuisinés de nos terroirs. Pour cela, elles se mettront à l’école de spécialistes ayant fait leurs preuves dans les arts de la table, la diététique, la cuisine et le service du bar. 

Quels sont les départements concernés ? Pour ce premier rendez-vous, les organisatrices ont privilégié l’hinterland. Toujours portées au-devant des manifestations publiques d’envergure, Brazzaville, la capitale politique, et Pointe-Noire, la capitale économique du Congo, attendront les prochaines rencontres. L’initiative étant appelée à durer dans le temps, le feu de camp allumé dans la Cuvette continuera de brûler le plus longtemps possible au grand bonheur des Congolais mais aussi des étrangers en séjour dans le pays.

Que mange-t-on dans la Cuvette ? Bassin de production du poisson par excellence, ce département est aussi réputé pour regorger de viande de brousse, de reptiles et bien d’autres espèces fauniques. Il est certain que la Cuvette-Ouest partage autant de richesses que Les Plateaux, la Sangha, la Likouala, le Niari, le Pool, la Bouenza et La Lékoumou, chacun offrant une grande variété de produits de consommation courante sortis de leurs sols, de leurs rivières et de leurs forêts.

On n’assistera pas à de la concurrence au sens commercial du terme, on voudra plutôt connaître, déguster, puis apprendre ce que l’on ne sait pas, susciter de la mixité entre les riches trouvailles alimentaires des recoins du Congo. Peut-être donc qu’au bout du compte, la formation dispensée aux ambassadrices sélectionnées par les organisatrices et leurs partenaires locaux leur assurera un avenir prometteur dans les métiers de la restauration, source de revenus, de fierté et porteur d’avenir.

A celles et ceux qui ont fait le déplacement d’Owando par la route d’apprécier aussi la verdure des savanes et des forêts congolaises le long du tracé. Ils traverseront de nombreuses localités et verront qu’il y a tout pour exploiter au mieux nos zones résidentielles, nos espaces herbacés, nos cours d’eau. C’est une très bonne chose d’impliquer le tourisme dans la quête du développement durable, d’en faire un allié pour la consolidation du vivre ensemble, un levier pour l’embauche.  

 Ventre affamé n’a point d’oreilles, dit-on, mais ventre rempli pourrait aussi s’en priver. Une bonne sieste après un repas copieux peut bien boucher les oreilles. A l’Association femmes de la Cuvette, vision et développement durable, incitatrice des assises culinaires d’Owando, d’inscrire réellement cette belle volonté dans la durée.

Gankama N'Siah

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Le fait du jour : les derniers articles
▶ 26/6/2022 | Ecrits et photographies
▶ 11/6/2022 | Blessures communes!
▶ 27/6/2022 | Peuples et missiles
▶ 20/6/2022 | Populaire ?
▶ 6/6/2022 | Fier comme Ricky?