Opinion

  • Le fait du jour

Hypersonique

Samedi 15 Janvier 2022 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ainsi va le monde. Alors que les négociations sur le nucléaire iranien se poursuivent à Vienne, en Autriche, avec les précautions, les espoirs et les interrogations qui les ont toujours entourées ; que Russes et Occidentaux ont survolé les leurs, convoquées dans l’objectif de parvenir enfin à pacifier leurs échanges, et rendre le voisinage moins électrique sur le continent européen, un acteur inlassable de la surenchère atomique, la Corée du Nord, en l’occurrence, poursuit impassiblement sa marche en avant.

Et la presse de signaler la performance pyongyangaise : « Le numéro un nord-coréen Kim Jong Un a personnellement supervisé l'essai réussi d'un missile hypersonique, ont affirmé mercredi les médias d'Etat, avant d'appeler son pays à renforcer son arsenal stratégique militaire, tandis que les Etats-Unis ont annoncé des sanctions financières contre cinq de ses compatriotes », livrait l’Agence France presse, le 12 janvier. On peut apprécier la densité de cette brève et le champ d’implication de son actualité. La Corée du Nord fait face à de lourdes sanctions internationales pour ses ambitions nucléaires.   

A vrai dire, Pyongyang n’a pas l’intention d’abdiquer. Aussi longtemps que les autorités nord-coréennes le voudront, elles s’emploieront à briser l’isolement et les sanctions qui cernent leur pays depuis des décennies par ces démonstrations de force, peut-être même de faiblesse, en tirant sur la corde sensible par laquelle elles tiennent la communauté internationale : déployer un missile de courte portée la veille, un deuxième de moyenne portée le jour suivant, puis le lendemain, un troisième de longue ou plus longue portée. Voilà qui attire indéfiniment l’attention des grandes puissances nucléaires.

Pour assurer sa protection contre sa hantise de se voir un jour être envahie par ses ennemis, la Corée du Nord se donne à fond dans la mise au point des armes sophistiquées contre lesquelles, on le voit, aucune concertation à l’échelle des nations concernées n’est parvenue à en contenir la fabrication. Ces arsenaux coûtent des budgets faramineux aux Etats qui en disposent sans qu’aucun d’eux n’envisage un quelconque ralentissement dans leur perfectionnement. Au contraire, chaque progrès obtenu par une puissance tierce conduit ses concurrentes à battre un nouveau record, à peu-près comme des athlètes décidés à franchir les limites d’un exploit précédent.

Sachant qu’une nation, même puissante, ne peut vivre de ses seules armes, Kim Jong Un plaidait en début d’année pour l’amélioration des conditions de vie de ses compatriotes. Il admettait, lors de son message de vœux, que l’année 2021 avait été catastrophique et appelait à ce que « des progrès radicaux » soient accomplis désormais, afin de « résoudre les problèmes d’alimentation, d’habillement et de logement ». Il lui restera pourtant à trancher entre les efforts de dotation de son pays en équipements hypersoniques, et ceux qui bénéficieront aux Nord-Coréens en termes d’accès aux besoins de première nécessité.

Un choix entre le nucléaire pour dissuader les potentiels ennemis et la nourriture pour rendre sa dignité à un peuple qui, sans aucun doute, en mesurera les grands bénéfices.

Gankama N'Siah

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Le fait du jour : les derniers articles
▶ 15/1/2022 | Hypersonique
▶ 14/1/2022 | Faites la fête
▶ 2/1/2022 | Chants et fleurs
▶ 18/12/2021 | La démocratie à la carte
▶ 3/1/2022 | Sam'Ovhey
▶ 28/12/2021 | De Dieu
▶ 20/12/2021 | De crise en crise
▶ 13/12/2021 | Les retrouvailles de Paris
▶ 7/12/2021 | Addis, la maison commune