Opinion

  • Éditorial

Les bruits

Lundi 21 Décembre 2020 - 18:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Auprès de quelles sources les Brazzavillois embarqués matin et soir dans les bus de transport en commun s’informent-ils ? De qui tiennent-ils des informations aussi alarmistes qu’incompréhensibles que les marchés forains, les ngandas, boîtes de nuit et VIP, les gares routières et ferroviaires, les ports fluviaux, les administrations publiques et privées relayent à leur tour à longueur de journée ?

Ce n’est pas certainement auprès des médias publics, Radio-Congo et Télé-Congo, pas non plus auprès des chaînes privées VOX TV et DRTV, Radio-Magnificat et Radio-Mucodec, encore moins à la lecture de la presse nationale quand on pense aux journaux comme La Semaine Africaine, Le Patriote, le Troubadour, Les Dépêches de Brazzaville et bien d’autres organes ayant pignon sur rue dans la capitale congolaise.

Depuis quelque temps, des places de Brazzaville reviennent sur les informations avisant que les activités commerçantes seront interrompues bien avant les jours de fête, le 25 décembre et le 1er janvier ; que pour cela, le couvre-feu serait avancé plutôt à 13 heures ou 15 heures ; qu’en ces circonstances présentées comme exceptionnelles, on ne sait vraiment pourquoi, gare à ceux ou celles qui se feront prendre dans la rue car les forces de l’ordre mobilisées à cet effet séviront sans pitié.

Comme souvent, la psychose gagne les familles, les mises en garde des parents en direction de leurs enfants se multiplient, les appels téléphoniques s’amplifient, durant lesquels l’information sur les restrictions énoncées plus haut est à l’ordre du jour. On vous supplie de bien vouloir prendre des dispositions qui s’imposent pour ne pas tomber sous le coup de la loi. De qui tient-on ces avertissements ? De personne en effet !

Si l’on se réfère aux informations officielles, les dernières en date livrées par le gouvernement au sortir du Conseil des ministres tenu le 16 décembre, on retient principalement la prorogation de l’état d’urgence sanitaire de vingt jours à compter du 17 décembre. Cette disposition a été entérinée par le Parlement à la date précise, sans apparemment qu’il y ait de nouvelles annonces liées à la crise sanitaire, sauf l’observation des mesures devenues « habituelles ».

De nouvelles annonces ? Peut-être qu’il faut tendre l’oreille en direction de la présidence de la République, le chef de l’Etat s’adressant à la nation devant le Parlement réuni en congrès demain mercredi au Palais des congrès.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 4/3/2021 | A vos marques !
▶ 3/3/2021 | Attention !
▶ 2/3/2021 | Droit à la parole
▶ 1/3/2021 | Leçon
▶ 27/2/2021 | Cela bouge
▶ 26/2/2021 | Osez rêver !
▶ 25/2/2021 | Bon sens
▶ 24/2/2021 | Arguments
▶ 23/2/2021 | Rassurant !
▶ 22/2/2021 | Départ