Opinion

  • Éditorial

COP 26?

Jeudi 16 Septembre 2021 - 19:27

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Alors que le nouveau Sommet sur le climat – vingt-sixième COP – organisé à Glasgow, en Ecosse, paraissait bien parti pour donner enfin un contenu très concret à la lutte contre le dérèglement climatique dont dépend le sort de notre espèce, les feux se mettent au rouge les uns après les autres sur cette voie très stratégique. Au point même que les observateurs en viennent légitimement aujourd’hui à douter de la tenue de cette conférence planétaire à la date prévue et dans le lieu choisi.

En bonne place dans la crainte qui se développe à cet égard se trouve le fait que la pandémie provoquée par l’expansion planétaire du virus covid-19 conduit le Royaume- Uni et les organisateurs de cette nouvelle COP à prendre des dispositions de précaution qui elles-mêmes en perturberont profondément la tenue, voire même l’empêcheront. Avec, au cœur de ce débat encore très  discret mais bien réel, les pays africains, asiatiques et sud-américains dont les dirigeants ou les représentants pourraient être purement et simplement exclus.

La menace qui pèse sur la nouvelle COP  est d’autant plus grave que tout semblait indiquer, ces derniers mois, que la voix du Tiers-monde s’y ferait entendre avec une force telle que les pays riches de l’hémisphère nord seraient enfin obligés de l’entendre, de l’écouter, de la prendre en considération. Une perspective qui conduisait les pays comme le nôtre à multiplier les initiatives visant à placer de façon très logique l’immense Bassin du Congo au cœur des débats concernant la protection de l’environnement. Mais qui, également, conduisait des autorités religieuses de très haut rang comme le pape François et le Patriarche de l’Eglise orthodoxe russe Kirill à envisager leur présence à Glasgow.

Dans le moment très particulier que vit l’humanité avec, d’une part, l’expansion de pandémies dangereuses et, d’autre part, l’accélération du dérèglement climatique, rien, en vérité, ne serait plus néfaste à l’échelle mondiale que d’annuler ou même de réduire la COP 26. D’où cette évidence selon laquelle les continents comme le nôtre doivent mobiliser toutes leurs forces afin que celle-ci se tienne début novembre à Glasgow.

L’enjeu, convenons-en, est vital à tous égards !

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 27/10/2021 | Khartoum
▶ 26/10/2021 | Poumon
▶ 25/10/2021 | Et le coronavirus …
▶ 23/10/2021 | Consommation
▶ 21/10/2021 | Alarme
▶ 20/10/2021 | COP26: message du Congo
▶ 19/10/2021 | Sécurité
▶ 18/10/2021 | Vulnérabilité
▶ 16/10/2021 | "Coup de poing"
▶ 14/10/2021 | Union