Opinion

  • Éditorial

Offre de service

Samedi 8 Janvier 2022 - 15:27

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Du pain sur la planche. On peut le dire du travail des associations créées depuis quelques années au Congo pour tenter de contrôler, commenter et, pourquoi pas, contester les prestations des administrations publiques ou privées en lien avec l’offre de service proposée au client. On parle chez nous toujours de la desserte en eau et en électricité qui nécessite d’être améliorée au quotidien. Parce qu’il paye de sa poche ce qu’il consomme, un abonné ne cessera d’interpeller les entreprises opérant dans ces deux secteurs.

A bien voir, les sociétés de consommation qui sont devenues irrésistiblement les nôtres aujourd’hui n’ont plus l’eau et l’électricité comme seuls labels de la quête du bien-être individuel et collectif. Le développement fulgurant des technologies de l’information et de la communication, l’entraînante révolution numérique et les besoins qui les accompagnent ont façonné chez l’homme des réflexes de dépendance qu’il a érigés en mode de vie. Prendre un abonnement internet, acheter chez le fournisseur des programmes télévisés deviennent des obligations incompressibles.

La question qu’il convient de se poser au regard de ce qui vient d’être développé plus haut est de savoir si les entreprises du secteur des services énumérés, outre celles de l’eau et de l’électricité en procès depuis des décennies et donc ayant réussi à ajourner les verdicts les concernant ; la question est de savoir si les autres structures, en particulier celles de la téléphonie mobile sont sans reproche ? La réponse est évidemment non, car les plaintes s’accumulent sur la manière dont elles organisent leurs prestations.

Achetez pour trente jours du crédit internet et la promesse que vous épuiserez votre offre dans le délai imparti ne sera guère tenue. On vous expliquera en fin de compte que le gabarit auquel vous avez souscrit ne se prêtait pas à ce que vous consommiez plus d’un giga par jour. Ces explications sont trop savantes pour le citoyen lambda, pour l’étudiant, le lycéen ou le collégien à qui la société opératrice a laissé entendre, par voie publicitaire active, que sa consommation s’étalera sur un mois.

Ces dysfonctionnements étant récurrents, il est primordial que les principaux opérateurs téléphoniques exerçant au Congo communiquent davantage sur la nature de leurs propositions, que les associations des consommateurs veillent sans complaisance, que de son côté, le régulateur public fasse en sorte que les abonnés ne soient pas facturés abusivement. Enfin, que la transparence devienne le baromètre des offres de service dans ce secteur d’activité vital pour l’amélioration de la qualité de la vie.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/8/2022 | Marchés domaniaux
▶ 17/8/2022 | Prix à payer
▶ 16/8/2022 | Ruée
▶ 15/8/2022 | Fiac
▶ 14/8/2022 | Retour au charbon
▶ 11/8/2022 | Combat
▶ 11/8/2022 | Audacieuses !
▶ 10/8/2022 | Le bout du tunnel
▶ 9/8/2022 | Exemple
▶ 8/8/2022 | Apatridie