Opinion

  • Réflexion

Qui peut dire ?

Samedi 3 Septembre 2022 - 17:41

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Oui, tout bien pensé, qui peut dire aujourd’hui ce qui se passera à l’échelle mondiale dans les mois et les années à venir ? Et par conséquent dans quel sens évoluera la société humaine qui fait face aujourd’hui aux plus grands défis qu’elle a dû relever tout au long des millénaires précédents ?

 

A cette double question, que se posent ouvertement les gouvernants, les diplomates, les penseurs et les intellectuels du monde entier,  il n’est pas de réponse que l’on puisse apporter  autre que celle-ci : ou bien l’humanité se rassemblera pour lutter en commun contre les dérives qui la menacent  - dérèglement climatique, multiplication des pandémies, aggravation des dérives sociales provoquées par le mauvais emploi des nouvelles technologies, montée brutale des extrémismes religieux, affrontement plus ou moins larvé des grandes puissances de ce temps, durcissement des haines raciales … - et elle finira par apporter des solutions concrètes aux problèmes qui menacent son existence ; ou bien elle s’avèrera incapable de prévenir le pire et sombrera dans un chaos planétaire dont nul ne sait et donc ne peut dire ce qu’il sortira étant donné la puissance destructrice des armes que les Grands de ce temps accumulent, mais aussi la tentation des forces du mal – ethniques, raciales, religieuses et autres – de plonger la planète des hommes dans le chaos.

 

Nous l’avons écrit ici même à maintes reprises et nous le réécrivons sans le moindre doute, plus l’homme moderne avance sur la voie du progrès scientifique et technique plus il crée les conditions d’un « tsunami » mondial dont il pourrait bien ne pas se relever. Accueillie sur les cinq continents comme une avancée décisive de l’humanité, l’intelligence dite « artificielle » porte en effet en elle les pires dangers dans la mesure où, contrairement aux apparences, elle risque fort de rendre l’homme prisonnier des nouvelles technologies comme le démontrent aujourd’hui de façon accablante le développement des armes nucléaires et chimiques, la généralisation des drones, la tentative des grandes puissances de s’emparer de l’espace  qui entoure le globe terrestre, la dégradation continue de l’air et de la nature dont dépend notre survie.

 

Si, d’une manière ou d’une autre notre espèce anticipe le pire et donc s’organise pour éviter les dérives à venir qui sont inéluctables, elle aura des chances sérieuses de poursuivre la marche en avant engagée, il y a six ou sept millions d’années par l’« homo sapiens » venu d’Afrique. Mais, si elle continue à fermer les yeux sur les conséquences inévitables de ses dérives présentes, elle disparaitra inévitablement de la Terre, non pas dans quelques milliers d’années mais dans un avenir proche qui pourrait bien ne pas dépasser la fin de ce siècle.

 

Dans ce contexte pour le moins prévisible mieux vaut pour nous comme pour nos successeurs regarder la vérité en face, aussi terrible soit-elle, cesser de fermer les yeux sur les conséquences inévitables des dérives présentes. Et, par conséquent, nous réunir tous autour de la même table mondiale afin de prendre tant qu’il en est temps les décisions qui permettront de conjurer le pire.

 

Parole d’un observateur dont les jours sont naturellement comptés, mais qui s’inquiète, comme des millions d’êtres humains du sort que les dérives présentes provoqueront inévitablement sur son entourage immédiat si notre espèce ne se mobilise pas afin de les combattre.

 

Jean-Paul Pigasse

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Réflexion : les derniers articles
▶ 21/11/2022 | Feu la COP 27 !
▶ 7/11/2022 | La COP de tous les dangers
▶ 20/11/2022 | Où va l’Europe ?
▶ 16/11/2022 | Ne nous en veuillez pas !
▶ 31/10/2022 | Au bord du précipice
▶ 24/10/2022 | Le réveil du Tiers-monde !