Opinion

  • Le fait du jour

Langage "diplomatique"

Samedi 17 Avril 2021 - 16:02

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Pour ceux qui s’intéressent de temps en temps et même souvent aux relations internationales, il est certain qu’ils notent, depuis un moment, que le ton monte entre les grandes puissances. En particulier, entre les Etats-Unis d’Amérique et la Fédération de Russie, entre, une fois de plus, le pays de l’Oncle Sam, et l’empire du milieu, la Chine.

Les sujets de frottement entre ces « grands » ne manquent pas. A commencer par la nature même de leurs configurations. Aucune ne voudrait qu’une autre lui dicte ce qu’elle a à faire, et pour quelque raison que ce soit, la prenne en défaut sur l’espace qu’elle considère comme sa zone d’influence, même si celle-ci est située à des milliers et des milliers de kilomètres de son sol. La politique des alliances inter-états ajoute à la complexité des relations internationales.  

Le week-end écoulé a encore édifié plus d’un observateur sur ces politiques menées avec beaucoup d’entregent par les grandes puissances. Par exemple, le président ukrainien, Volodymyr Zelenski, considérant que son robuste voisin, la Russie, qui a amassé pour des exercices ses troupes à leur frontière commune, ambitionnerait de le déstabiliser, est allé chercher du soutien en Europe. Son homologue français, Emmanuel Macron, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président turc, Recep Tayipp Erdogan le lui ont apporté, pour l’instant, verbalement.

Auparavant, le Japon, confronté au dilemme des eaux contaminées de la centrale nucléaire endommagée de Fukushima envisagerait, « après traitement », de les déverser dans l’océan pacifique qu’il a en partage avec de nombreux voisins dont la Chine. C’est une décision « irresponsable », a fulminé Beijing. Entretemps, pour cette raison ou pour une autre, le Premier ministre nippon, Yoshihide Suga a été reçu par le président américain, Joe Biden dont on sait la ligne de discours coriace vis-à-vis de la Chine. Suga s’est entendu dire par son hôte que l’axe Tokyo-Washington se renforcera davantage pour le bien des peuples américain et japonais.

Pour revenir au chaud et au froid que soufflent Américains et Russes, notons cette petite phrase vue sur le fil d’actualité de nos confrères de France24, samedi 17 avril : « Moscou a ‘recommandé’ à l’ambassadeur américain de rentrer à Washington ». Cette injonction « recommandée », presque diplomatiquement correcte, si on peut dire, est attribuée au ministre russe des Affaires étrangères, l’inusable Sergueï Lavrov. Quelques jours auparavant, les Etats-Unis avaient décidé d’expulser une dizaine de diplomates russes.

Terminons ce court tour d’horizon en citant une fois de plus France24, pour cette information rapportée le même samedi : « L’Iran annonce avoir réussi à enrichir de l’uranium à 60% ». C’est assez calme comme message, mais derrière ce que les autorités de Téhéran exhibent comme une performance de leur trouvaille scientifique se cache naturellement un tas d’appréhensions pour la diplomatie internationale. Sur ce dernier point également, du fait des alliances stratégiques impliquant les grandes puissances, les Etats-Unis et la Fédération de Russie, pour ne citer que ces deux pays, sont sur le devant de la scène. La question est de savoir où mènera cette préoccupante remontée des tensions ?

Gankama N'Siah

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Le fait du jour : les derniers articles
▶ 24/7/2021 | Que nous garantit le ciel?
▶ 17/7/2021 | Les partis
▶ 6/7/2021 | Un roman cruel !
▶ 26/6/2021 | Au service des peuples
▶ 21/7/2021 | USA-Russie: la barre haute
▶ 12/7/2021 | Congo: il y a 30 ans !
▶ 5/7/2021 | Abidjan, le 17 juin
▶ 28/6/2021 | Très humblement...
▶ 23/6/2021 | Des occasions à saisir